L’Épreuve de Thor

La mythologie scandinave regorge de légendes impliquant des géants, des elfes, des dieux surpuissants, des serpents de mer avides de sang et même un arbre mystique qui connecte les Neuf Mondes où ces différents peuples cohabitent. Pour faire simple, tout cet univers est une version (très) longue du Seigneur des Anneaux ; il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que Tolkien puisa très largement dans le folklore scandinave pour l’ensemble de ses œuvres.

L’une des histoires les plus populaires de la mythologie nordique raconte l’aventure de Thor à Jötunheimr, contrée des géants. Accompagné par Loki, le dieu vise à atteindre Útgarð, la forteresse qui abrite une grande partie des géants habitant ces steppes. Sur le chemin, Loki et Thor sont rejoints par Þjálfi and Röskva, les enfants d’un couple de paysans donnés en tribut aux dieux.

Quand la jour vient à s’évanouir, la petite bande se met en quête d’un abri, jusqu’à ce que l’un d’eux découvre dans l’obscurité une drôle de caverne où ils décident de passer la nuit. Quelques heures plus tard, ils sont réveillés par d’affreux tremblements de terre qui font sursauter le sol sous leurs pieds : ils réalisent alors qu’un géant massif s’est endormi près d’ici, et que la soi-disante « caverne » n’est en fait que son gant qu’il a laissé traîner par terre. Les phénomènes tectoniques sont dus pour leur part aux ronflements puissants du géant assoupi.

thor_glove
Un abri qui leur va comme un gant ! (Source: Hurstwic)

Le jour suivant, la créature se présente à eux : elle se nomme Skrýmir et se propose de les accompagner pour un bout de chemin. Mais le bastion des géants n’est pas tout près, et après une journée entière de marche, le groupe s’arrête de nouveau pour passer la nuit au cœur d’une forêt. Pendant le sommeil du géant, alors que les étoiles font briller le marteau du dieu d’un éclat de Lune, Thor se saisit de son arme et l’abat sur le front de Skrýmir. Celui-ci se réveille en douceur et demande si une feuille vient de lui tomber sur le visage… Médusé, Thor regarde son marteau, incrédule : c’est pourtant l’une des armes les plus puissantes du royaume !

Au petit matin, la petite bande se sépare de Skrýmir qui prend un chemin vers le nord, tandis que Thor et ses compagnons se dirigent vers l’est.  Après une demi-journée d’efforts, ces derniers atteignent enfin la forteresse d’Útgarð dont les portes, si elles ne sont gardées par des sentinelles, sont irrémédiablement scellées. Cependant, elles sont bâties à l’échelle des géants qui l’habitent : les quatre aventuriers n’ont aucun mal à se glisser entre les barreaux et à pénétrer dans le château silencieux…

Après quelques pas, la troupe s’arrête net à la vue d’un groupe de géants attablé, où trône Útgarða-Loki, le maître des lieux. Ce dernier considère les nouveaux venus d’un œil malicieux, d’où semble jaillir une idée : il propose à ses visiteurs de sélectionner le défi de leur choix afin de leur prouver que les géants les surpassent en tous points. Loki est le premier à s’avancer : il assure qu’il est capable de manger plus vite que quiconque. Aussitôt, Útgarða-Loki fait sortir un géant nommé Logi de ses rangs et assoit les deux compétiteurs de part et d’autre d’une table recouverte de viande. Après le signal du départ, tous deux se mettent à dévorer leurs parts avec avidité ; mais le géant finit par être déclaré vainqueur car il est non seulement venu à bout de sa ration, mais a aussi dévoré les os et sa gamelle.

Qu’à cela ne tienne : le second défi oppose Þjálfi et un dénommé Hugi dans une course effrénée. Mais après trois manches remportées haut la main par ce dernier, les géants l’emportent une nouvelle fois… C’est au tour de Thor de rentrer dans le jeu au milieu des ricanements des géants attablés. Il propose un concours de boisson : son hôte lui remet entre les mains une corne remplie de liquide qu’il devra vider en moins de trois gorgées.

Encore une fois, la bande de Thor est défaite. Sentant la rage lui battre les tempes, le dieu soumet une dernière requête : sûr qu’il est de sa propre force, il se propose de défier quiconque dans l’assemblée à la lutte. Mais le maître des lieux ne paraît pas inquiété : d’un claquement de doigts, Útgarða-Loki a fait sortir du rang une vieille femme nommée Elli. Lorsqu’elle se lance avec acharnement dans l’affrontement, Thor réalise avec effroi qu’elle est beaucoup plus forte qu’elle n’y paraît : elle parvient à le maîtriser et le force au sol. Humiliée, la petite troupe prend congé des géants tandis qu’on leur offre un lit pour la nuit.

pjimage
Roy Thomas et John Buscema illustrèrent la compétition pour Marvel dans Thor #272: The Day The Thunder Failed (1978). La légende inclut un autre défi où l’on exige du dieu qu’il soulève le chat du maître des lieux… Thor ne parviendra qu’à soulever une de ses pattes ! (Source: RPG.net)

Le lendemain, Thor, Loki, Þjálfi et Röskva s’accordent pour quitter discrètement le château. Alors qu’ils marchent sans bruit vers les portes de la citadelle endormie, ils sont rejoints par Útgarða-Loki qui les conduit vers la sortie.

Lorsqu’ils ont enfin mis pied à l’extérieur, le maître des lieux leur avoue qu’il n’a jamais vu pareilles force et qualités athlétiques de la part de quiconque. Il leur confesse qu’il est en fait Skrýmir, le géant qu’ils avaient rencontré sur la route quelques jours plus tôt, et se met à expliquer ce pourquoi chacun d’entre eux a échoué dans sa tâche respective.

Loki avait affronté le feu (logi signifie « feu » en vieux nordique) et c’est pourquoi ce dernier avait consommé – ou consumé – toute la viande plus rapidement ; la course de Þjálfi lui opposait la pensée (hugi) qui va à n’en pas douter plus vite que quiconque ; la corne de Thor était remplie par la mer tout entière, et ses trois gorgées ont suffi à déclencher de puissantes vagues sur le pays ; enfin, la lutteuse qui mit à mal le dieu n’était autre que la vieillesse (elli) face à laquelle tout un chacun doit un jour capituler.

Le géant poursuit ses révélations devant les yeux écarquillés de ses invités-surprise. Même le fait que Thor n’ait pu égratigner le géant en lui écrasant la tête de son marteau était une ruse : en effet, Skrýmir avait placé une montagne entre son front et l’arme du dieu, empêchant ainsi les coups de lui infliger de sérieuses blessures…

Après ces confessions inattendues, Thor tente – une nouvelle fois – d’abattre son marteau sur le visage du géant, mais celui-ci disparaît aussitôt en un éclair, ainsi que son château. Les quatre compagnons se retrouvent alors au milieu d’une vaste plaine, verte et déserte.

Petite note personnelle : tout au long du conte, qui reste parmi les plus populaires du folklore scandinave, les dieux et les géants se livrent à des compétitions de nourriture, de lutte, de course et de boisson. Franchement, pourquoi suivons-nous encore la tradition grecque des Jeux Olympiques ?

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s