Les Hommes-Taupes / New York, USA

Freedom-Tunnel-Manhattan-New-York
The Freedom Tunnel, Manhattan, NYC. (Source: Voyage Nation)

New York City est l’une des villes les plus animées au monde. Dans le mouvement perpétuel qui agite la mégalopole, on ne distingue que le flou jaune des taxis, les flashs de couleurs qui inondent Times Square, et une forêt de gratte-ciel peuplée de costumes à 3 000$ pièce. En effet, il est bien difficile de voir au-delà de l’image haute en couleurs que renvoie cette cité, jalousement gardée par la Statue de la Liberté. Pourtant, NY a ses secrets ; et ceux-ci sont enfouis bien en-dessous du pas pressé battu par le New Yorkais moyen.

En 1993, une journaliste en stage au Los Angeles Times publia un article au sujet d’une société cachée vivant dans les souterrains de la ville. « Les hommes-taupes », ainsi qu’on les appela, se seraient regroupés en communauté organisée et solidaire et occuperaient les stations de métro désaffectées, les canalisations ou les sombres égouts, bâtissant leurs abris de bric et de broc. Des quartiers entiers s’étendirent dans la pénombre. Décrits par Marc Singer dans son documentaire Dark Days (2000), il remarque : « Tout le monde est là : Noir, Blanc, Chinois, Latino, jeune, vieux, drogué, clean. C’est comme une représentation de la ville au-dessus, à l’exception du fait que les tunnels ne font pas l’objet de ségrégation raciale. »

DarkDays_CookingBeware
La vie souterraine. (Source: dpcumentaire de Singer Dark Days, 2000, via The Secrets of Story)

Un certain nombre de légendes urbaines circulèrent au sujet de ce peuple « du dessous » : on dit que les hommes-taupes se nourrissaient de rats, ou, pire, qu’ils étaient devenus cannibales dans le silence et l’obscurité des souterrains ; ou que la majorité d’entre eux était constituée de drogués ou de criminels en fuite. En vérité, comme le note le journaliste hollandais Teun Voeten, qui passa cinq mois avec eux en 1994 et 1995, on y trouvait une immense variété de profils, de vétérans du Vietnam aux jeunes fugueurs. Et tous semblaient y profiter d’une paix intérieure inconnue des New Yorkais de l’extérieur, où même les graffitis étaient synonymes de philosophie, en témoigne aujourd’hui encore le fameux « Freedom Tunnel » sous Riverside Park.

« [Les journalistes] ne voient que le désordre, et oublient l’essence : la fraternité, un sens de communauté, sont des choses-clé ici. […] La vie des tunnels a été une renaissance spirituelle » décrit Bernard, un des habitants des souterrains interrogé par Voeten.

demolition man
Une société souterraine dans les égouts de Los Angeles : celle imaginée par Marco Brambilla dans Demolition Man (1993). Attention, ces gens sont passibles d’une amende d’un crédit pour infraction au code de moralité du langage. (Source: moviebastards.com)

Quoi qu’il en soit, la décision fut prise par les pouvoirs publics en 1996 de déloger les hommes-taupes de leur tanière. On leur offrit des bons de réduction ainsi que des aides diverses pour se réintégrer à la société sur le plancher des vaches. Un homme du nom de Joe, qui vivait dans les tunnels depuis 1973, envoya une lettre à l’Amtrak Police – responsable du « déménagement » des habitants du sous-sol – en déclarant « Je ne quitterai pas ma maison. Si vous me dégagez d’ici, vous […] enverrez un autre sans-abri dans les rues. Je ne suis pas sans-abri, plus de 22 ans dans ce tunnel ! »

Certains ont probablement trouvé un job à l’extérieur, ou un appartement, tandis que d’autres sont retournés peupler les rues humides et bruyantes de Manhattan, non seulement sans abri mais désormais sans espoir. Finalement, tous durent se réhabituer à la lumière, au trafic, et au chaos quotidien de New York City.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s