Le Golem de Prague

Prague, 1588. L’une des figures majeures de l’érudition et de la philosophie judaïque, Rabbi Loew, vient d’arriver en ville, où il passera le reste de ses jours : il a déjà 66 ans. Il joue toutefois un rôle primordial dans les affaires de la cité, et jouit d’une excellente réputation.

Le ghetto juif de Prague est à l’époque agité d’une ébullition culturelle sans précédent, nourrie de l’afflux quotidien d’intellectuels en provenance du monde entier. Cependant, malgré le climat de tolérance inspiré par le roi Rodolphe II, la communauté juive est régulièrement réprimée au cours de violents pogroms : et Rabbi Loew se désespère de trouver une solution à la persécution de son peuple.

Une nuit, Dieu lui apparaît en rêve et lui suggère de donner la vie à une créature d’argile (le Golem) pour assurer la sécurité de sa communauté. Le lendemain, Rabbi Loew se rend sur les rives de la rivière Moldau où il façonne une statue avec l’argile qu’il y récolte : petit à petit, la sculpture prend forme humaine. Le rabbin se met alors à réciter de nébuleuses formules…

(Sorcellerie en cours…)

« Et il respira le souffle de la vie ; et il devint une âme vivante. » Lorsque la fin du rituel approche, la créature se colore d’un rouge foncé avant d’ouvrir les yeux. Pour la rendre dévouée à son maître, Rabbi Loew place dans sa bouche un morceau de parchemin sur lequel le nom de Dieu est écrit ; de plus, il dessine sur le front de son serviteur le mot « amet » (vérité). Dès que le papier est retiré, le Golem s’immobilise et reste ainsi, statue d’argile, jusqu’à ce qu’on lui redonne la vie.

La créature prend le nom de Joseph et se montre très utile : les persécutions s’estompent progressivement. Elle n’est cependant pas mise en service les jours de Shabbat, en accord avec les lois divines. Seulement, un jour, Rabbi Loew oublie de retirer le parchemin de la bouche du colosse d’argile, qui devient alors incontrôlable et détruit tout sur son passage.

golem-moonbot-studiosjpg-c2017df159ce82e1
Les ravages du Golem. Illustration: Moonbot Studios

En ce jour de Shabbat, Rabbi Loew récite le Psaume 92 à la synagogue lorsqu’on lui apprend les agissements de la créature qu’il a sortie de terre. Il s’interpose aussitôt et fait face au monstre devenu hystérique. En un éclair, le rabbin se précipite vers lui et efface d’une main la première lettre de l’inscription « amet » sur son front, qui devient « met » (mort).

Le Golem se fige aussitôt, s’ébranle, et s’écroule au sol, de nouveau transformé en argile sans vie. On le transporte alors en toute hâte dans le grenier de la synagogue dont on barre l’entrée afin que nul ne puisse jamais ramener le Golem de Prague à la vie. Et ainsi, la terre retourna à la terre…

Rabbi Loew termina ensuite la cérémonie en reprenant le Psaume 92 brusquement interrompu. Depuis lors, ce psaume est toujours repris deux fois à la Synagogue de Prague, et à cet endroit seul dans le monde entier.

Depuis également, l’entrée de son grenier est strictement interdite, sous peine d’y réveiller un secret endormi depuis des siècles.

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s