L’Armée Fantôme

Vous aimez les devinettes ?

Quel est le point commun entre : Bill Blass, un designer qui étendit son empire dans la mode, l’automobile, la parfumerie et plus encore ; Ellsworth Kelly, un peintre abstrait rendu célèbre dans le seconde moitié du 20ème siècle ; et Arthur B. Singer, un employé d’une boîte de pub qui se spécialisa dans le dessin et illustra une fameuse collection de timbres américains en 1982 ?

Tous ont en commun une touche artistique exploitée dans une branche différente. En un mot : des créatifs. Et un évènement allait les précipiter dans le même panier, là où on les attendait le moins : sur le champ de bataille.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, un conflit très particulier eut lieu. Une guerre d’illusions, calculatrice, où des artistes et des architectes, maîtres de la duperie et de la mise en scène, s’illustrèrent. Recrutés dans des écoles d’art, sortis d’agences de publicité ou sélectionnés parmi les profils d’ingénieurs, tous formèrent les rangs du bataillon le plus divers et original de l’armée américaine : « l’Armée Fantôme » (the Ghost Army).

imgallery-GA214Platoon
« 4th Platoon, Co. D » ©  GhostArmy.org

L’objectif de cette bande était de mettre en scène des positions américaines fictives sur le champ de bataille. Ainsi, cela brouillerait la représentation que le commandement allemand se faisait de la stratégie militaire ennemie, et permettrait d’en disperser les forces de contre-attaque…

Mais comment ? Et bien, en utilisant des chars d’assaut gonflables, des messages radio destinés à être interceptés par l’ennemi, des haut-parleurs gigantesques diffusant le vacarme d’une véritable armée en mouvement (ce qui fut facilité par l’avance technologique de l’époque, en particulier en ce qui concerne le mixage), ainsi que des tenues d’officiers (car si ils sont dans le coin, c’est que quelque chose d’important se prépare, pas vrai ?), des insignes militaires bidon et même de la lessive séchant nonchalamment près d’une fausse base de soldats américains.

L’unité « camouflage » en faisait en fait l’exact opposé : comme le Caporal John Jarvie l’expliqua, les fausses forces militaires se devaient d’être « cachées mais à la vue de tout le monde » pour que le stratagème fonctionne et que les avions de reconnaissance allemands finissent par déceler leur présence.

Cette stratégie, imaginée par les Britanniques au début du conflit mondial, fut considérée extrêmement sérieusement et autorisée à se développer à plus grande échelle chez leurs Alliés d’outre-Atlantique. Elle culmina avec l’Opération Fortitude qui préparait le débarquement de Normandie, en 1944. Cependant, la mission des « fantômes » ne s’arrêta pas là, et l’unité continua d’opérer au contact permanent des lignes d’artillerie allemandes. En effet, comme le fit remarquer le Lieutenant Gil Seltzer, l’objectif principal de ses hommes était finalement « d’attirer sur eux le feu de l’ennemi ».

Quand les soldats retournèrent finalement à leurs familles, ils rapportèrent des milliers de croquis, dessins, aquarelles illustrant la Seconde Guerre Mondiale de l’intérieur. L’expérience de la guerre fonctionna comme un « incubateur » pour certains d’entre eux, artistes en devenir qui ne tardèrent pas à rencontrer le succès. Sinon, le dossier « Ghost Army » resta classifié pendant quatre décennies.

Dummy_M4Sherman_44
Quatre « soldats-fantômes » britanniques portent un char factice. (Source: KnowledgeNuts)

Arthur Shilstone retient en particulier une anecdote de son temps à servir en France : lui et son unité réglaient quelques détails sur une nouvelle mise en scène, et quatre soldats soulevèrent un char gonflable pour le mettre dans une position plus authentique. Aussitôt, Arthur remarqua que deux Français, à quelques mètres de là, observaient la scène, médusés. Il les regarda et leur dit simplement :

« Les Américains sont très costauds. »

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s