Le Manoir Winchester / San José, USA

Le fusil Winchester est surnommé, outre-Atlantique, « the gun that won the West » en référence à son poids stratégique dans la conquête des territoires Amérindiens par les pionniers américains. Il était distribué par la Winchester Repeating Arms Company dont le fondateur, Oliver Winchester, était aussi Lieutenant-Gouverneur de l’Etat du Connecticut à la fin des années 1860. Comme quoi, on peut être un politicien réputé même lorsque l’on met des fusils dans les mains de ses électeurs… Quand Oliver décéda en 1880, c’est son fils William qui prit les rênes de la firme.

William était marié avec Sarah Pardee, de qui il avait eu un seul enfant, Annie, qui mourut d’une maladie infantile quelques jours après sa naissance. Cet évènement tragique n’améliora en rien l’état de santé de William, achevé par la tuberculose en Mars 1881. Sa femme se trouva alors à la tête d’une fortune immense et reçut la moitié des parts de l’entreprise.

Mais Sarah Winchester ne voulait pas tremper dans le business explosif de la famille. Non, une idée la hantait : celle d’une malédiction planant sur sa famille et son héritage tout frais. Les milliers de victimes des carabines Winchester reviendraient se venger, pensait-elle, si elle ne trouvait pas moyen d’apaiser leur soif de représailles. Un médium arrivé de Boston la conforta dans cette idée, et recommanda qu’elle quitte New Haven pour s’installer ailleurs, où elle ferait bâtir une maison pour y accueillir les esprits revanchards.

Elle posa ses valises du côté de Santa Clara Valley, en Californie, en 1884 : c’est le début d’une entreprise immense, la construction continuelle d’un manoir qui la garderait éloignée des revenants tombés des armes Winchester. Jour et nuit, la maison s’étend aléatoirement, sacrifiant la logique architecturale à l’obsession folle de bâtir en permanence. Cela explique pourquoi certaines portes s’ouvrent sur des murs de brique et des escaliers ne mènent nulle part… Inutile de préciser que nul architecte (pas même un architecte nul) ne fut embauché pour superviser les travaux.

winchester1
Le Manoir Winchester. (Source: michaeljmartinez.net)

Mrs. Winchester utilisait plutôt cette méthode atypique de construction comme un moyen de perdre les fantômes à ses trousses. Au détour d’un couloir labyrinthique, elle pressait un bouton et s’échappait par un escalier dérobé ou une porte secrète – d’ailleurs, les guides orientant les touristes à travers le manoir de nos jours les avertissent préalablement de rester près du groupe, s’ils ne veulent pas se perdre pour plusieurs heures dans ce dédale interminable…

Par ailleurs, la vieille femme ne dormait jamais deux nuits de suite dans la même chambre, afin de tromper les esprits à sa poursuite. Elle utilisait aussi les passages secrets pour garder un œil sur ses employés, et vérifier que les travaux avançaient conformément à ses « plans ».

sws-bedroom
L’une des chambres à coucher de Sarah. (Credit: Library of Congress, Prints & Photographs Division, CA-2107)

Car oui, elle avait des plans. La rumeur circule qu’elle se rendait dans la pièce centrale du manoir chaque nuit, où elle communiait avec les fantômes et les interrogeait sur leurs désirs en vue de poursuivre la construction.

Ces derniers étant exigeants, lorsque la mort saisit Sarah, en 1922, la maison comptait 160 pièces, garnies de 47 cheminées, 13 salles de bain, 6 cuisines et près de 10 000 fenêtres.

La nièce de Sarah hérita du labyrinthe inachevé, et le plaça aussitôt aux enchères. Le coffre-fort de la défunte fut ouvert avec grande excitation, mais il ne contenait qu’ « une mèche de cheveux de bébé dans une petite boîte de velours violet » ainsi que des coupures de presse datées du jour de la mort d’Annie. Le souvenir du jour où Sarah, une épouse heureuse, devint la femme mystérieuse de la « maison bâtie par les esprits »…

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s