Montauciel, le Mouton Volant

3395_m15
Marin Ireland et David Greenspan (ainsi que de factices ovins) dans la pièce de David Adjmi Marie Antoinette (2012)

1783. Le Roi de France Louis XVI a rassemblé sa cour sur le perron du château de Versailles pour assister à une expérience unique en son genre. Elle est potentiellement synonyme d’avancée majeure dans la science aérospatiale de l’époque : le Roi, sa famille et ses courtisans sont autant de perruques qui sursautent en voyant un drôle d’engin se monter sous leurs yeux.

Les Frères Montgolfier font à Paris une démonstration de leur nouvelle invention, le ballon gonflé à l’air chaud connu plus tard sous le nom de Montgolfière. Quelques mois plus tôt, une représentation donnée à Annonay avait rencontré un franc succès ; il est temps désormais de séduire la capitale par l’entremise des royales oreilles de Louis.

Par ailleurs, les pionniers du vol aérien ont besoin d’investisseurs pour financer leurs expériences, qu’ils ne pourront pas éternellement monnayer de leurs propres poches.

On attache alors une nacelle sous le ballon qui se gonfle peu à peu, mais elle n’est pas destinée à accueillir un pilote. Les vols habités sont encore trop risqués : à la place, un canard, un coq et un mouton prennent solennellement place à bord.

Expérience_aërostatique_faite_à_Versailles_le_19_septembre_1783
Représentation de l’expérience qui attira les foules. (source: Wikimedia)

Un coup de canon annonce le décollage imminent. Le ballon s’élève doucement pour atteindre près de 500 mètres d’altitude (l’expérience précédente avait passé la barre des 1 000 mètres) mais après un vol de huit minutes, il vire dangereusement sous un vent capricieux… et se trouve contraint à l’atterrissage forcé du côté de la forêt de Vaucresson, à quelques kilomètres de là.

Le public, qui a suivi l’ascension avec grand intérêt, s’y presse afin de s’enquérir de la santé des animaux à bord. Le coq et le canard sont légèrement assommés par le choc près de la nacelle renversée ; en revanche, le mouton s’est déjà remis sur ses pattes pour profiter de la proximité rassurante du sol couvert d’herbe.

Fort de ses exploits aériens, le courageux brouteur prend le nom de Montauciel et est accueilli en héros dans la bergerie de la Reine Marie-Antoinette. Il n’aura guère d’intérêt pour les premiers vols habités menés par les Montgolfier dans les mois à venir, étant donné qu’il finira ses jours aux bons soins de sa royale maîtresse, nourri de guimauve et de sucreries.

C’est encore le moyen le plus sûr de gagner le septième ciel.

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s