Le Mythe du Roi Midas

Midas était un Roi grec qui régna sur la Phrygie (actuelle Turquie) au sixième siècle av. J.-C., mais sa légende se forgea d’une rencontre bien singulière.

Alors qu’ils étaient de passage dans le royaume de Midas, le dieu Dionysos et sa joyeuse troupe réalisèrent qu’un de leurs compères manquait à l’appel : Silène, le tuteur divin du dieu du vin (essayez de le répéter cinq fois de suite), s’était égaré. En effet, sans doute animé de l’ambition inébranlable de tenir sa réputation de dieu mineur de l’ivresse, il avait bu plus que de raison et s’était endormi dans un champ de vignes voisin.

Les vignerons qui l’y trouvèrent le portèrent aussitôt au pied du trône de Midas, qui reconnut le compagnon de voyage de Dionysos. Il ordonna alors que l’on rendît sur l’heure l’homme chancelant à son maître. Quand le Dieu soulagé se présenta devant Midas, plein de reconnaissance, il accorda au souverain un vœu.

Ce dernier était bien connu pour son avarice, et demanda que tout ce qu’il touche fût transformé en or massif. « En es-tu sûr ? Très bien. » Dionysos exauça son vœu et prit congé, son ami encore assoupi sous le bras.

Midas décida immédiatement d’essayer son nouveau superpouvoir. Il toucha une table, non loin de là, et celle-ci se transforma immédiatement en or pur. Il appliqua ses paumes sur le sol : une vague dorée s’empara de la pièce et couvrit en un instant les murs et le plafond. Au comble de la joie, Midas courut à travers tout son palais, les mains ouvertes, et bientôt l’édifice tout entier brillait d’or sous le soleil déclinant.

midas in a mirror
Funeste présage : le Roi Midas représenté dans un cartoon de Disney intitulé The Golden Touch (1935).

Fourbu de ces activités épuisantes, Midas s’écroula dans une chaise (dorée) et attrapa un fruit. Ses dents se brisèrent sur une pomme en or. Affolé, il saisit son verre d’eau, mais ce fut de l’or liquide qui se déversa dans sa bouche. Midas paniquait lorsque sa fille fit irruption dans la pièce : il la prit dans ses bras avant de réaliser qu’il serrait contre lui une silencieuse statue dorée (on dit bien que le silence est d’or, d’ailleurs).

Le roi un peu long à la détente comprit alors son erreur, et tomba à genoux, implorant Dionysos de lever le maléfice. Le Dieu compatissant lui conseilla d’aller se laver les mains aux eaux du fleuve Pactole, qui serpentait non loin de là. Lorsque Midas s’y plongea, de fines paillettes d’or s’échappèrent de ses doigts, emportées par le courant. Il était sauvé.

Depuis lors, le souverain vécut une vie simple et heureuse, et partagea ses biens avec son peuple reconnaissant. Au final, sa plus grande richesse fut son cœur d’or.

Plus tard encore, on trouva de l’or sur les berges du fleuve Pactole. Et ainsi naquit l’expression.

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s