La Bibliothèque de Babel

En 1941, l’écrivain argentin Jorge Luis Borges publiait sa nouvelle La Bibliothèque de Babel, considérée aujourd’hui comme l’une de ses œuvres maîtresses. L’intrigue s’y déroule dans une bibliothèque de fiction ; ainsi que Borges la décrit, « l’univers (que certains nomment la Bibliothèque) est composé d’une quantité indéfinie, peut-être même infinie de galeries hexagonales. » Chacune de ces galeries est jalonnée d’étagères recouvertes de livres, et chaque livre renferme une combinaison aléatoire de lettres et de signes (comprenant l’espace, le point et la virgule).

Long_Room_Interior,_Trinity_College_Dublin,_Ireland_-_Diliff
Bibliothèque du Trinity College, à Dublin. (Photo: Diliff via Wikipedia)

Maintenant, imaginez-vous invité à visiter cette bibliothèque fantastique. Vous errez parmi les rayons interminables d’étagères, arpentez de longs couloirs rectilignes débordant de livres poussiéreux. Soudain, vous vous arrêtez et en saisissez un, au hasard, que vous ouvrez à la première page. Vous vous éclaircissez la voix.

 “heyhd dune fkd ,doi dzhb, dz,nj   c,ejfhk z,n” pourrait être la première phrase que vous lirez (et vous aurez bien fait de vous éclaircir la voix). En effet, la grande majorité du contenu de ces livres est en fait un charabia incompréhensible, une suite de lettres et de signes générés aléatoirement – c’est un peu comme mélanger les lettres magnétiques sur la porte de son frigo, mais à une échelle moins domestique. Cependant, une séquence aléatoire de symboles fait sens, statistiquement, en un certain nombre de cas.

Dans la mesure où toutes les combinaisons sont possibles, l’enchaînement qui forme votre surnom d’enfance, l’endroit où vous avez grandi ou la recette de votre dessert favori y figurent. Ainsi que tout ce qui a jamais été dit, le best-seller de l’année prochaine, les discours politiques à venir, toute la connaissance de l’humanité et tout ce qui n’a pas encore été découvert. Même ce que vous vous apprêtez à dire en ce moment. (Et s’il s’agit de la formule « Ce blog est vraiment incroyable, on y trouve le secret pour la paix de l’âme », je vous en remercie chaleureusement.)

L’hypothèse de Borges n’est en réalité pas la première de son genre. Déjà, au début du XXème siècle, l’auteur allemand Kurd Laßwitz postulait son « Universalbibliothek » reposant sur un principe similaire. Mais il y a eu une récente mise à jour. Un projet web a été mis sur pied afin de digitaliser la Bibliothèque de Babel, ce qui est devenu possible grâce aux processeurs de nos ordinateurs. Le site est accessible en ligne (www.libraryofbabel.info) et ne permet pour l’instant qu’une recherche limitée à une séquence de 3200 caractères ; quelques 104677 ouvrages y sont néanmoins numérisés.

Vous pouvez y effectuer votre propre recherche ou générer une page aléatoirement : mais gardez à l’esprit que tout ce que vous anticipez d’y chercher se trouve déjà, quelque part, dans les galeries labyrinthiques de la bibliothèque.

Il suffit juste d’ouvrir le bon livre.

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s