La Porte de l’Enfer / Darvaza, Turkménistan

La localisation des portes de l’Enfer varie en fonction de la légende sur laquelle on s’appuie. Dans la mythologie grecque, le fleuve Achéron (nord-ouest de la Grèce) serpente vers le monde des morts : ainsi, la coutume antique voulait qu’on plaçât une obole sur les lèvres d’un défunt avant sa mise en terre, afin que ce dernier paye son dû auprès de Charon, le Passeur, qui mène les âmes vers l’autre-monde.

Le village de Lerna, en Grèce méridionale, abritait autrefois un lac qui avait la réputation d’être un point de passage vers l’Enfer. (Les esprits curieux auront remarqué que c’est aussi l’endroit où le demi-dieu Hercule accomplit l’un de ses Douze Travaux, à savoir pourfendre l’Hydre de Lerne, ce monstre reptilien aux têtes repoussantes dans les deux sens du terme.) De même, la ‘Twins Cave’ en Israël fut un lieu de culte et constitue selon la légende un portail vers l’autre monde ; c’est aussi le cas de la ville fantôme de Fengdu, en Chine, où un pont datant de la Dynastie Ming (15ème siècle) symbolise le passage que les défunts doivent emprunter avant leur réincarnation. Enfin, en Pennsylvanie, dans la ville de Hellam, le bruit court que sept passages successifs disséminés à travers les rues mènent vers le monde des morts…

Mais il existe d’autres passages sans fondements légendaire ou mythologique, qui ne tiennent leur réputation que par leur apparence infernale.

Darvasa_gas_crater_panorama
La porte de l’Enfer au milieu du désert de Karakum. (Source: Wikipedia)

Au beau milieu du Désert de Karakum, au Turkménistan, se situe l’un de ces endroits à l’allure incroyable et terrifiante. Le village de Darvaza (“la Porte” en turkmène) est devenue une destination de choix depuis que des scientifiques soviétiques y ont découvert une source de gaz naturel, en 1971. Et ont alors décidé, évaluant la dangerosité des émanations toxiques, d’y mettre le feu.

(Parce que parfois, même les scientifiques ont besoin d’une pause !)

Le cratère brûle depuis lors, et quarante-cinq ans après, il ressemble toujours au niveau ultime d’un jeu vidéo sûrement gardé par un puissant dragon.

Avec une profondeur de trente mètres et un diamètre de soixante-neuf, l’endroit semble parfait pour organiser un concert de rock’n’roll ou lancer le barbecue le plus épique de l’histoire. Il constitue en effet un vrai aimant à touristes, en attirant entre douze et quinze milliers chaque année – un exploit d’autant plus incroyable pour un pays marqué par un régime politique autoritaire et de fréquentes infractions aux droits de l’homme.

Les localisations des portails de l’Enfer restent largement débattues ; mais qu’ils s’agissent de canulars, de sites archéologiques véritables ou de lieux légendaires empreints de mythologie, ils continuent de fasciner.

Bien sûr, il n’y a aucun endroit où l’on serait certain de rencontrer Satan en personne – la meilleure solution reste encore de le convoquer par soi-même avec le matériel adéquat.

 


Sources:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s